Vous êtes de plus en plus nombreux aujourd'hui à solliciter les sites de Petsitting, c'est à dire des plateformes de mise en relation pour la garde d'animaux entre particuliers.

Outre le fait que de nombreux sites de Petsitting présentent des tarifs et profils différents, une question demeure et elle est d’ailleurs bien souvent incomprise, qui assure quoi ? 

Pour commencer, il faut savoir que la consommation collaborative est une nouvelle tendance qui permet de bénéficier ou de faire bénéficier de nombreux services entre particuliers qui s'avèrent parfois très utiles. Pour certains de ces services, beaucoup de sites proposent une assurance supplémentaire comme par exemple lors d'une location de voiture entre particuliers. Il faut savoir que toutes ces sociétés de mise en relation disposent d'une assurance responsabilité civile professionnelle (RCP) qui est obligatoire.

Avec le petsitting c'est la même chose, sauf qu'il ne s'agit pas de voiture mais d'un être vivant à part entière ce qui rend la tache bien plus complexe.

Par exemple, si un propriétaire souhaite faire garder son chat pendant une semaine chez un petsitter autrement dit une famille d’accueil, il faut tout d’abord savoir que c’est la personne qui a en charge la garde de l’animal qui en est responsable. Un propriétaire qui confie donc son animal à son voisin, lui en transfère la garde et donc la responsabilité.

Ainsi, lorsqu’une personne garde un animal qui n’est pas le sien chez elle, il est important de l’inscrire sur son assurance le temps de son séjour.

Toutefois, il est important de savoir que si l’animal est confié simplement le temps d’une promenade ou dans le cadre d’une visite à domicile, le gardien n’est pas considéré comme le responsable de l’animal. D’où l’importance que le petsitter et le maitre soient tous deux assurés.

Le petsitter doit ainsi :

  • Disposer d'une assurance responsabilité civile qui est souvent incluse dans le contrat d’habitation. Celle-ci sert à couvrir les accidents causés à autrui et les dégradations commises par l’animal.

  • En cas d'accident ou maladie de l'animal, le petsitter devra avancer les frais de vétérinaire.
  • Disposer du carnet de santé de l'animal mais également du contrat de garde signé par le propriétaire.

Le propriétaire doit :

  • Disposer également d’une assurance responsabilité civile pour les mêmes raisons que le petsitter.
  • Il lui est conseillé de disposer d'une assurance santé pour son animal prenant en charge les frais vétérinaire en cas d'accident ou si son animal détient une santé fragile par exemple.

Plusieurs sites de mise en relation proposent une assurance responsabilité civile professionnelle « étendue » c’est-à-dire qui couvre les dégâts causés par l’animal à un tiers. Cependant, il faut savoir que cette assurance ne fonctionne qu’en cas d’absence ou d’insuffisance de l’assurance du responsable de l’animal et ce, selon un plafond minimal bien défini. Les dégâts liés au logement ou bien encore les frais vétérinaires ne sont pas pris en compte par cette assurance.

En France, il est encore très difficile pour une société de Petsitting (site de mise en relation entre particuliers pour la garde d’animaux) même avec plusieurs années d'expérience, de travailler avec un assureur qui voudra bien assurer de façon réelle ses clients partout en France. Difficile dans ce cas de proposer une véritable alternative sans impacter sur la commission du site par exemple ou encore sur le service. C'est pourquoi, certains sites se dirigent vers des assureurs étrangers afin de proposer une assurance à leurs clients...

Bien lire les petites lignes !

En effet, quelques sites proposent également d'inclure dans leur service une assurance santé pour les propriétaires d'animaux qui couvre les éventuels frais vétérinaire.

Il faut savoir qu'en France, le marché de l'assurance santé animale avoisine les 4%... Un chiffre très faible qui a pour l'instant beaucoup de mal à décoller.

Pour souscrire à une assurance santé pour son animal, il faut savoir que plusieurs conditions sont requises. Un propriétaire peut faire assurer son chien ou son chat lorsque ce dernier a atteint un âge de trois mois mais il rencontrera quelques difficultés à contracter une mutuelle pour son animal si celui-ci est âgé de plus de cinq ans.

Par ailleurs,  il faut savoir que l’animal doit être à jour dans ses vaccins et que le tarif pour assurer son animal peut sensiblement changer en fonction du type et de la race de l’animal à assurer. En effet, certaines races comme le chat Persan sont des animaux plus sujets à des problèmes de santé que d’autres.

Ensuite, l’animal doit disposer d’une attestation de bonne santé et ne doit pas présenter de maladie congénitale, chronique, héréditaire ou récidivante au risque d’être refusé à l’assurance. Pour finir, la vigilance est de rigueur sur les plafonds annuels de garantie et les franchises,  les délais de carence ainsi que les exclusions qui vous empêcheront tout simplement de vous faire rembourser de vos frais vétérinaire en cas de problème.

Un service avant tout !

D'autres sites ne préfèrent tout simplement pas inclure d'assurance supplémentaire afin de ne pas impacter sur leurs tarifs et surtout, mettre en avant un véritable service au lieu d'inclure une assurance aux conditions ambigües. Le filtrage minutieux des candidatures des familles d’accueil et le fait d'imposer une pré-visite entre le maitre, le petsitter et l’animal même lorsqu’il s'agit d'une garde à la dernière minute, permet de réduire considérablement le taux d'incident qui reste relativement faible en France dans ce secteur.

Il faut garder à l’esprit qu’un site de mise en relation n’est pas censé vendre des contrats d'assurance mais offrir un service fiable alors attention aux arguments commerciaux !

Et pour les professionnels ?

Les petsitters qui souhaitent proposer leurs services de manière professionnelle, c'est à dire faire du pet-sitting leur métier devront :

  1. Disposer d'une assurance responsabilité civile professionnelle prenant en charge les éventuels dégâts causés à d’autres animaux et à des tiers humains, la fuite de l’animal. Il est par ailleurs possible de souscrire à une couverture optionnelle afin d’étendre la responsabilité aux chiens d’attaque et de défense, en cas de vol de l’animal gardé ou en pension ainsi que pour faire face à une agression de l’animal.
  2. Etre agréé et avoir l’autorisation de la Direction des Services Vétérinaires (DSV).
  3. Être titulaire du certificat de capacité animalier.

Enfin et pour conclure cet article, prenez le temps de bien lire les petites lignes avant tout engagement !

 

Ajouter un commentaire

Vous devez posséder un compte Yummypets pour commenter cet article.
Créer votre compte Yummypets en moins d’une minute.