Un petit chien pas comme les autres est né ce 26 décembre 2015 dans une clinique coréenne. Il s'appelle Chance et a été cloné à partir de l'ADN d'un autre chien... qui était décédé depuis 15 jours !

Le concept de clonage n'est pas encore complètement rentré dans la conscience collective. C'est pourtant une pratique répandue, notamment en Asie où Sooam Biotech a installé ses locaux, proposant des services très spécifiques à ce sujet. En effet, l'entreprise basée à Séoul propose à ses clients de cloner leur défunt compagnon à quatre pattes pour donner naissance à une reproduction à l'identique.

Une procédure de clonage très stricte

L'entreprise coréenne n'en est pas à son premier coup d'essai. Elle aurait cloné plus de 700 chiens à ce jour. Un travail qui demande beaucoup de précision et de rigueur. Voilà pourquoi la société applique une procédure très stricte dont le principal critère est le suivant : l'animal doit être vivant ou mort depuis moins de cinq jours.

Le processus commence par le prélèvement d'un échantillon de peau sur l'animal à cloner à partir duquel des experts récupèrent un maximum de cellules vivantes. Ces cellules sont ensuite mises en culture durant une ou deux semaines.

Au même moment, des cellules oeuf doivent être prélevées dans les ovaires d'une chienne, dont le noyau sera remplacé par une cellule issue du chien à cloner. Le tout est disposé dans une machine spécialement conçue pour forcer les cellules à fusionner ensemble, c'est la phase de fécondation.

On injectera enfin ces cellules dans une chienne porteuse qui donnera naissance à une copie 100% conforme de l'animal.

Bien que l'entreprise soit spécialisée dans ce domaine, le taux de réussite ne dépasse pas encore les 40%.

Un couple extrêmement attaché à ses animaux

Laura Jacques et Richard Remede, un couple britannique, sont les heureux propriétaires d'une "mini-animalerie" composée de 5 chiens, 7 cochons d'Inde, 2 lapins, une gerbille et un hamster. De vrais amoureux des animaux !

Alors quand leur Pit Bull Dylan est décédé des suites d'une tumeur au cerveau en juin dernier, Laura n'a pu se résoudre à laisser partir le chien qui avait vécu à ses côtés durant huit longues années : "J'ai adopté Dylan lorsqu'il était un chiot" confie-t-elle au journal The Guardian. "Je l'ai tellement materné, il était mon bébé, mon enfant, ma vie."

Tout en sachant qu'ils se confronteraient aux critiques des plus sceptiques, le couple a décidé de faire cloner leur chien adoré.

blog_yummypets_chien_cloné_2_01_2016

Après avoir essuyé de nombreux refus de la part de vétérinaires britanniques, craignant de perdre leur licence, le couple s'est tourné vers Sooam Biotech qui a accepté leur requête. Mais à quel prix ?

137 000 dollars le clone

C'est une affaire de clonage sans précédent. En effet, Dylan était décédé depuis une quinzaine de jours au moment du prélèvement des cellules. C'est la première fois que Sooam parvint à cloner un chien à partir d'ADN extrait 12 jours après la mort du parent.

"Heureusement, ceci va nous permettre d'étendre le délai de prélèvement des cellules à l'avenir" témoigne l'un des représentants du laboratoire. Une bonne nouvelle pour l'entreprise qui va pouvoir élargir sa clientèle.

Une clientèle cependant élitiste, car au vu du prix de l'opération, le clonage n'est clairement pas à la portée de tous : Laura et Richard ont déboursé pas moins de 137 000 dollars pour qu'un Dylan 2.0 puisse voir le jour.

Pour ce prix, le couple a reçu un incroyable cadeau de Noël en assistant à la naissance du petit Chance le 26 Décembre 2015 et à la naissance d'une petite femelle baptisée Shadow le 28 décembre. Les deux chiots sont nés de deux mères porteuses différentes mais disposent pourtant de gènes identiques.

"Même si le chiot venait à peine de voir le jour, sa ressemblance avec Dylan était impressionnante. Toutes ses tâches et couleurs sont exactement au même endroit que celles de Dylan." témoigne Laura, émue.

Les chiots doivent désormais rester en quarantaine durant plusieurs mois. Ils seront prêt à intégrer leur nouvelle famille dans 6 mois, rapporte The Guardian.

Remarque : alors que le clonage humain est illégal, aucune loi ne s'oppose au clonage d'animaux de compagnie. Il est cependant illégal de cloner un animal de ferme.

Êtes-vous pour ou contre le clonage ? Utiliseriez-vous cette pratique sur l'un de vos animaux ?

10 Commentaires

Vous devez posséder un compte Yummypets pour commenter cet article.
Créer votre compte Yummypets en moins d’une minute.

Voir plus de commentaires

    Johanne H Je ne comprends pas l’intérêt. Perdre son animal est un déchirement, je le conçois, mais le cloner n'a pas de sens. Je partage l'avis de Claudine. Un animal n'est pas qu'un physique, et son caractère est forgé aussi par ses expériences, son vécu. Le premier chat que j'ai perdu était Holly : elle venait de la SPA, avait environ 7 ans quand je l'ai adoptée, elle était câline mais névrosée de par son parcours de vie (attachée plusieurs années chez une cinglée qui collectionnait les chats). Si je l'avais clonée, que son clone (qui d'ailleurs pour moi ne serait pas elle) naissait et grandissait chez moi, vivait dans du coton, avec des chats qui ne sont pas les mêmes (sauf Demis) que ceux qu'elle a connus... Forcément elle ne serait pas le même chat. Ma calinette qui a dormi dès la première nuit contre moi mais qui courait se cacher sous le lit dès que je marchais près d'elle un peu trop vite. De plus, n'est-il pas mieux de donner sa chance à un autre animal ? Si je pleure encore mes chats partis trop tôt, je suis heureuse de profiter des autres arrivés après, que j'aime tout autant même s'ils sont différents.

    Alice A alors qu'il tant d'autres animaux à sauver, ca doit rester un rêve de retrouver son animal perdu,