Dans cet article, vous en saurez plus sur la gestation chez le chat en partant de l'accouplement, en passant par le développement du fœtus, jusqu'aux signes de mise bas du chat.

De manière générale, il est recommandé de contrôler la reproduction de ses animaux !

Assister à la gestation puis la mise-bas de son animal de compagnie est une expérience émotionnelle très forte.

Avant la gestation, l’accouplement

L’accouplement est possible (accepté par la femelle) pendant la période des chaleurs. Ainsi, chez le chat, l’ovulation (libération de l’ovocyte par les ovaires) est provoquée lors de l’accouplement. Parfois plusieurs accouplements sont nécessaires avant d’avoir un œuf fécondé. Comme il est possible pour la femelle d’avoir plusieurs ovules matures en même temps. Par conséquent la chatte peut avoir plusieurs petits… et de pères différents !

En effet, il n’est pas rare au sein d’une portée, que les petits aient été engendrés par des pères distincts. Une étude publiée en 1999 (Say et al.) a mis en évidence un taux élevé de portées avec paternités multiples au sein d’une population urbaine (70-83% des portées avec plus d’un père). Alors qu’au sein d’une population à plus faible densité (population rurale) (0-22% des litières avec plus d’un père), les mâles étaient en général capables de monopoliser la femelle pour la portée entière.
Contrairement à ce que l’on peut trouver pour l’espèce humaine, il n’y a pas de test de grossesse pour nos chats. Contrairement à certaines espèces où des mécanismes physiologiques et comportementaux ont été mis en place au cours de l’évolution pour éviter la consanguinité. Chez le chat, il n’est pas rare que les accouplements aient lieu entre membres d’une même famille.

Une fois l’ovulation réalisée, les chaleurs stopperont dans les deux jours. En ce qui concerne la phase de gestation, cette dernière est d’environ 63 à 65 jours, pouvant varier, dans des conditions physiologiques normales entre 60 et 70 jours.

Pendant la gestation, le développement du fœtus 

L’état corporel de la mère peut influencer le nombre de petits. Cependant, la taille moyenne d’une portée est de 3,7 petits (allant de 2 à 5 en général). Le développement des fœtus n’est pas linéaire : ils avoisinent les 20 g à 42 jours, et quatre fois plus (80 g) à 60 jours. En parallèle, les caractéristiques morphologiques vont se définir. Ainsi à 50 jours, la pigmentation apparaît, suivie quelques jours plus tard par le pelage.

Très vite ce qui est observable pour le propriétaire de l’animal, c’est l’arrêt des chaleurs. Il est possible que le chat vomisse et présente un état nauséeux en début de gestation, néanmoins très vite l’appétit augmentera de manière importante. Ensuite, dès la quatrième semaine, le propriétaire peut observer une prise de poids et une modification de la silhouette de l’animal. Le développement des chatons constitue pour la femelle une dépense énergétique très importante. Pour assurer le recouvrement de ses besoins en terme d’énergie et de protéines, il faut veiller à lui fournir suffisamment d’aliments en quantité et qualité. L’objectif étant de lui assurer correctement sa gestation et de l’aider à préparer les réserves qui lui permettront de mener à bien son début de lactation. Aussi, il n’est pas rare de voir la femelle manger 1,5 à 2 fois plus lors de la gestation par rapport à la période précédente.

De manière générale, il est recommandé d’avoir un suivi vétérinaire en début et fin de gestation. Surtout dans le cas où la reproduction est contrôlée et donc souhaitée. Très souvent le propriétaire va s’en rendre compte assez tard. Surtout si l’animal vit en milieu rural avec accès à l’extérieur. La consultation chez le vétérinaire reste conseillée et surtout, avant tout traitement (médicament, traitement anti parasitaire, etc..) ne pas hésiter à prendre conseil.

La détection des fœtus est possible (aux environs de la 3ème semaine) mais difficile par palpation (par le vétérinaire) avant trois semaines. Il est également possible, grâce à l’échographie, de discerner les fœtus. Notamment aux environs de la 4ème semaine. Quant à l’examen radiographique qui permet de détecter les structures osseuses (l’ossification débute vers six semaines), il est à déconseiller en début de gestation.

En parallèle des modifications morphologiques (abdomen qui prend du volume, mamelle qui augmente de taille et rosissent), le propriétaire peut être amené à observer un changeant dans les comportements. Alors que certains individus vont se montrer très amicaux et vont chercher la proximité avec l’humain, d’autre au contraire peuvent être plus irritables et réticentes aux contacts lors de cette phase.

En fin de gestation, l’utérus occupe la quasi totalité de l’abdomen. Chaque fœtus est entouré de ses propres membranes et possède son propre placenta. Une étude publiée en 2009 (Becques et al.) a montré que des chatons dont les mères avaient été exposées à des arômes particuliers lors de repas pris pendant la phase de gestation, présentaient spontanément, et ce quelques heures après la naissance, une attirance vers cette même odeur. Cela signifie que dans le ventre de la mère, des informations circulent (certainement via le liquide amniotique) et que les fœtus peuvent les percevoir.

Fin de la gestation, les signes de mise bas imminente 

À l’approche du terme, il est préférable que la future mère reste à l’intérieur. La chatte va chercher un endroit sécurisant pour ses futurs petits. Une boite en carton suffisamment grande, recouverte de journaux, draps/serviettes (éléments absorbants) permettra d’assurer confort et chaleur. Il sera important de maintenir cet espace propre. Placez à proximité eau, nourriture et litière afin d’accroître les chances que la femelle utilise le "nid".

Les signes observables d’une mise bas peuvent être une modification (baisse) de l’appétit dans les heures qui précèdent, un niveau d’anxiété / agitation plus important, une respiration plus rapide, un début d’éjection de lait, une baisse de la température corporelle, etc. Il est possible que la mère ronronne pendant la phase de travail. Les données de la littérature scientifique ne permettent pas encore d’établir avec certitude la fonctionnalité de ce comportement. Il semblerait que les vibrations provoquées aideraient à détendre les ligaments et à réduire les sensations douloureuses.

Alors que certains animaux vont préférer faire leurs petits en l’absence des humains, d’autres semblent chercher le contact. Si vous êtes présent, surveillez le bon déroulement. Soyez prêt à intervenir pour aider aux soins ou alors prenez la décision de l’emmener chez le vétérinaire. Le plus souvent la mise bas se déroule sans encombre. Souvent vous ne faites que constater la présence de la portée en rentrant chez vous… La femelle ayant choisi une période calme pour sa mise bas.

Rappel concernant la gestation

Pour rappel, le chat est une espèce prolifique. Il est donc essentiel, pour le bien-être des mères, des petits, pour des aspects environnementaux et sanitaires, de contrôler au mieux la reproduction. La gestation est un évènement épuisant pour l’organisme de la mère ; à moins d’être éleveur, il est souvent pertinent de stériliser ses chats.

Références citées :
Hall, V. E., & Pierce, G. N. (1934). Litter size, birth weight and growth to weaning in the cat. The Anatomical Record, 60(1), 111-124.
Say, L., Pontier, D., & Natoli, E. (1999). High variation in multiple paternity of domestic cats (Felis catus L.) in relation to environmental conditions. Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 266(1433), 2071-2074.
Becques, A., Larose, C., Gouat, P., & Serra, J. (2009). Effects of pre-and postnatal olfactogustatory experience on early preferences at birth and dietary selection at weaning in kittens. Chemical Senses, bjp080.

Ajouter un commentaire

Vous devez posséder un compte Yummypets pour commenter cet article.
Créer votre compte Yummypets en moins d’une minute.