De plus en plus d’animaux de compagnie souffrent de surpoids. Cette pathologie liée à un manque d’exercice, du stress ou à une alimentation trop riche, peut entrainer des conséquences sérieuses pour l’animal et implique un suivi médical régulier. Nos solutions pour prendre soin de lui et assurer une bonne prise en charge.

Quels risques pour sa santé ?

Près d’un chat sur deux est aujourd’hui en surcharge pondérale. Ce surpoids peut entraîner des complications pour sa santé.

  • Arthrose : cette maladie provoque des douleurs articulaires et rend plus pénibles les déplacements de l’animal. En effet, les kilos en trop pèsent sur ses articulations qui s’usent et vieillissent plus vite.
  • Diabète : le risque de développer cette pathologie augmente de 80 % environ chez un chat obèse.
  • Troubles cardio-vasculaires et hypertension artérielle : ils sont dus à l’excès de graisse autour du cœur et dans son organisme. Par exemple, il s’essouffle plus facilement quand il se déplace.
  • Espérance de vie réduite : le chat obèse a plus de risque de développer toutes sortes de pathologies; le surpoids rend les soins plus compliqués et les risques liés à une anesthésie sont plus élevés.

Des solutions contre l'obésité

Pour l’aider à garder la ligne… et la forme, il existe des solutions à mettre en place :

Proposer une alimentation équilibrée et adaptée

Pour limiter les risques et les complications, pas question de mettre son animal au régime sans avoir consulté au préalable un vétérinaire qui décidera du protocole alimentaire à mettre en place. Il ne s’agit pas de réduire drastiquement les quantités, mais plutôt de limiter les calories en choisissant les aliments adaptés à l’animal.

Proposer plus d’activités

S’il a du mal à se déplacer, commencez par le faire jouer à l’intérieur avec des balles, un plumeau… Puis incitez-le à courir, sauter, grimper sur son arbre à chat, des étagères ou tout support sur lequel il appréciera de se percher pour mieux observer ce qui l’entoure. Les plus téméraires accepteront une sortie en laisse dans la rue ou au moins une escapade dans le jardin – sous votre surveillance.

Une bonne prise en charge

Pour prévenir l’obésité de votre animal ou aider à régler le problème, l’aide du vétérinaire est précieuse et indispensable. D’ailleurs, un suivi vétérinaire régulier, dès le plus jeune âge de l’animal, est nécessaire pour lui donner toutes les chances de grandir en bonne santé (vaccins, contrôle complet…). Vous vous posez la question de souscrire une assurance spécifique pour lui ? Cela peut s’avérer bien utile pour couvrir des frais exceptionnels qui peuvent s’ajouter en cas de maladies ou accidents domestiques :

  • imagerie médicale : 50 à 75 €
  • soins pour une patte cassée : 600 €
  • analyses sanguines : 50 à 100 €
  • opération chirurgicale avec frais d’hospitalisation : jusqu’à 1 800 €
  • séances de radiothérapie : 1 300 € en moyenne.

Souscrire une assurance permet donc de faire soigner son animal sereinement et sans regarder à la dépense.

Les forfaits proposés 

Il existe plusieurs formules proposées qui couvrent un pourcentage plus ou moins important des frais médicaux, avec ou sans franchise et un plafond de remboursement annuelle plus ou moins élevé. La plupart des actes médicaux sont pris en charge, à l’exception d’une liste d’exclusions comprenant généralement les maladies congénitales ou génétiques, les maladies causées par un défaut de vaccination, les consultations chez un comportementaliste, les frais de prothèse oculaire ou dentaire...

Enfin, ces assurances proposent généralement en parallèle un forfait annuel prévention, dont le montant varie selon la formule choisie (stérilisation, vaccin…).

Les tarifs vont de quelques euros par mois à plusieurs dizaines d’euros selon la formule choisie. Les tarifs varient en fonction de l’âge de l’animal, de sa taille et de son pedigree.

Les conditions pour bénéficier d’une assurance

Pour bénéficier d’une assurance santé, nos compagnons doivent être impérativement tatoués ou pucés, et être à jour de leurs vaccins. Ils doivent avoir au moins 3 mois et sont souvent refusés au-delà de 10 ans. Ils sont écartés s’ils souffrent de maladie chronique, congénitale ou héréditaire.

Comment bien choisir son assurance ?

Questions à poser et éléments à prendre en compte :

  • le plafond annuel de remboursement : montant maximal remboursé chaque année en frais vétérinaire. En cas de gros problème, il ne doit pas être trop bas.
  • la franchise : montant qui reste à votre charge. Attention, cette franchise peut être à l’acte (elle devra donc être payée à chaque consultation) ou annuelle (elle ne sera payée qu’une fois par an).
  • le pourcentage de remboursement, qui va de 50 à 100 % des frais médicaux.
  • y a-t-il un forfait prévention ? Si oui, de combien ?
  • le tarif des mensualités est-il fixe ou augmente-t-il avec l’âge de l’animal ? L’animal est-il assuré toute sa vie sans risque d’être radié à partir d’un certain âge ?


Découvrez les offres CA Assurances.

Article Sponsorisé

4 Commentaires

Vous devez posséder un compte Yummypets pour commenter cet article.
Créer votre compte Yummypets en moins d’une minute.

Voir plus de commentaires

    Marc H Il en a perdu 1.

    Anne P Mon chat a subitement grossit énormément et on a découvert par hasard qu'il avait une tumeur au poumon hélas