Aujourd'hui, nous vous parlons d'une maladie féline très grave, la Péritonite infectieuse féline.

Qu’est-ce que la Péritonite Infectieuse Féline ?

La PIF est une maladie virale infectieuse très grave. Elle est due à un coronavirus spécifique des félidés. Les coronavirus sont une grande famille d’agents viraux, mais tous ne sont pas pathogènes. Le virus responsable de l’apparition de la Péritonite Infectieuse Féline aurait pour origine la mutation d’un coronavirus sain. Cependant, à l’heure actuelle, cela reste encore une hypothèse.

Elle affecte essentiellement les jeunes chats vivants en collectivité, mais elle peut aussi toucher les chats adultes et matures (10-14 ans).

Comment se contamine le chat ?

La maladie se transmet par contact étroit entre chat. Soit par contact direct avec un animal contaminé, soit par contact indirect, via les selles par exemple, mais aussi par l’intermédiaire de vêtements souillés et contaminés.


Quels sont les symptômes de la PIF ?

Il existe deux grandes formes de péritonite infectieuse féline, une forme qualifiée de sèche et une autre humide.

• La forme sèche :

Elle se manifeste généralement par des symptômes non spécifiques, n’évoquant pas spécialement cette maladie. Le chat peut présenter une perte d’appétit voire une anorexie (absence de prise alimentaire), de la fièvre, un ictère (jaunisse), mais aussi des symptômes plus lourds comme des difficultés locomotrices ou des troubles oculaires.


• La forme humide :

Elle tient son nom des symptômes qu’elle engendre, à savoir une accumulation de liquide dans la cavité abdominale (ascite) et dans le thorax (épanchement pleural).

Comme dans la forme sèche, l’animal perd l’appétit, présente de la fièvre et un ictère. L’épanchement pleural peut entraîner des difficultés respiratoires importantes.

Comment peut-on la diagnostiquer ?

La Péritonite Infectieuse Féline peut se diagnostiquer grâce à des tests sanguins.

• Les tests rapides de dépistage : très pratiques du fait de leur rapidité de résultats et de leur faible coût, ils ne sont malheureusement pas capables de faire la différence entre les coronavirus bénins et le coronavirus responsable de la PIF.

En cas de test négatif, vous serez assuré que votre chat n’a jamais été en contact avec ce type de virus (mais pas qu’il ne pourra jamais l’être !). Si par contre le test est positif, il faudra que votre vétérinaire réalise d’autres examens pour essayer de savoir si votre chat est porteur de PIF ou non.

• Les examens en laboratoire d’analyse vétérinaire : pour affiner son diagnostic, votre vétérinaire pourra proposer des examens de laboratoire plus poussés (sérologie, cytologie…).

Quels sont les traitements et mode de prévention ?

À ce jour, aucun traitement spécifique, ni aucun vaccin n’existe pour cette maladie.
En cas de Péritonite infectieuse féline avérée, malheureusement le traitement ne sera que palliatif et symptomatique. L’utilisation d’interféron peut être envisagée, mais seul votre vétérinaire pourra vous conseiller ou non ce type de thérapie très coûteuse et elle aussi palliative.

Merci à l’ESAV (Ecole Supérieure d’Aide Vétérinaire) – Institut Bonaparte pour cet article !

logo de l'esav

Découvrez les formations aux métiers animaliers de l'ESAV.

3 Commentaires

Vous devez posséder un compte Yummypets pour commenter cet article.
Créer votre compte Yummypets en moins d’une minute.

Voir plus de commentaires

    Michelle C

    Michelle C mon vétérinaire m'a dit en 2016 que ma Zora ,14 ans ,avait une PIF ,forme sèche et qu'elle allait mourir .Ça a commencé par un œil rempli de sang ,puis il a perdu sa belle couleur turquoise..elle avait beaucoup moins d'appétit ,a maigri .Et depuis cet été elle recommence à bien manger,elle est moins agile ,mais il y a l'age aussi .