Les tiques sont des parasites fréquents de votre chat et encore plus particulièrement de votre chien.

En plus des réactions dermatologiques qu’elles occasionnent, les tiques peuvent transmettre à votre animal un certain nombre de maladies. Ainsi, prévenir et lutter contre la présence des tiques est primordial pour le bien-être et la santé de votre animal. Voici quelques conseils pour éviter les tiques? Et, si besoin, les retirer soigneusement.

Pourquoi faut-il redouter les tiques ?

Conséquences directes de la présence d’une tique

Les tiques prennent leur repas sanguin sur votre chien ou votre chat par morsure. Les conséquences de cette morsure sont nombreuses. Tout d’abord, de par l’effet mécanique et irritatif de la morsure, une inflammation locale est présente et peut se traduire par une réaction allergique. La formation d’un abcès est également possible. Ensuite, le prélèvement sanguin effectué par la tique peut être à l’origine d’une anémie. C'est-à-dire une diminution des globules rouges de votre animal. La morsure de tiques favorise aussi l’apparition d’infections secondaires. Dans certaines situations, des conséquences plus graves peuvent apparaître avec certaines espèces de tiques. C’est le cas des paralysies à tiques rencontrées en Amérique du Nord et en Australie.

Transmission de maladies par les tiques

Les tiques ont un rôle de vecteur, c’est-à-dire qu’elles ont la capacité de transmettre des maladies dues à des bactéries ou encore des virus. Chez le chien, on retrouve trois maladies principales.

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse due à une bactérie du genre Borrelia, transmise par les tiques Ixodes ricinus et qui provoque boiterie, douleur articulaire et abattement. Pour en savoir plus sur la maladie de Lyme, n'hésitez pas à consulter cet article.

La piroplasmose est transmise par morsure des tiques Dermacentor reticulatus et Rhipicephalus sanguineus, et est à l’origine d’une anémie grave. Les symptômes sont divers : abattement, fièvre, urine trouble mêlée de sang, perte d’appétit soudaine. Si vous souhaitez tout savoir sur la piroplasmose, voici notre article sur le sujet.

L’ehrlichiose canine est une infection due à une bactérie transmise par la tique Rhipicephalus sanguineus. Chez le chat, la maladie transmise le plus fréquemment par les tiques est l’hémobartonellose qui se traduit par de l’abattement, de la fièvre et un blanchiment des muqueuses.

Comment bien enlever une tique ?

Repérer une tique

Une tique mesure généralement quelques millimètres mais peut atteindre jusqu’à 2 cm lorsqu’elle est gorgée de sang. On la voit donc facilement !

Il est possible de distinguer les principales tiques par leur couleur : Ixodes ricinus a une couleur plutôt noire, Rhipicephalus sanguineus est, quant à elle, rouge et enfin, Dermacentor reticulatus est repérable par sa couleur grisâtre. Pour mettre en évidence la présence d’une tique, il vous suffit d’inspecter votre animal en passant vos mains sur l’ensemble de son corps.

Les zones du corps où il est le plus probable de retrouver des tiques sont les zones où la peau est fine (tête, cou, sous les aisselles, espaces interdigités).

Astuce pour enlever une tique

Pour enlever convenablement une tique, c’est très simple ! Pour cela, munissez-vous d’un tire-tique. C’est un système de crochet avec fente que vous pourrez trouver facilement partout.

À noter qu’il ne faut pas appliquer d’alcool ou bien d’éther au préalable. De plus, il est préférable d’enlever la tique le plus rapidement possible. Soit dans les 24h, pour minimiser au maximum le risque de transmission de maladies de la tique à votre animal.

Voici les étapes à suivre pour enlever une tique :

  • Une fois le tire-tique en mains, écartez les poils de votre animal au niveau de la zone où se trouve la tique ;
  • Ensuite, placez le tire-tique de façon à ce que la tique se retrouve dans la fente ;
  • Puis, tournez la tique sur elle-même dans le sens des aiguilles d'une montre, sans tirer : la tique est enlevée !

Il est conseillé de surveiller la lésion et le comportement de votre animal. Si l’état de votre animal semble bon dans les 15 jours suivant la morsure de la tique, il semblerait qu’il soit hors de danger. Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire.

Eviter les tiques

Connaître les zones à risque

Être au courant des zones à risque est un bon moyen de réagir rapidement. Les tiques se retrouvent fréquemment dans les hautes herbes et ont chacune quelques spécificités.

La tique responsable de la maladie de Lyme se retrouve plutôt dans les sous-bois ou les haies et sous un climat tempéré, voire froid.

Celle qui entraîne plus particulièrement la piroplasmose évolue sous un climat océanique ou continental et se localise dans les milieux ouverts : il peut s’agir de parcs, de bordures de rivières ou encore de terrains vagues.

La tique qui provoque l’ehrlichiose canine est à craindre au niveau du pourtour méditerranéen, là où il fait chaud. En somme, après une longue ballade, inspectez votre animal : cela lui évitera bien des tracas.

Prévention

Mieux vaut prévenir que guérir. Pour anticiper une infestation par les tiques, il est préférable d’éviter ces zones à risque durant les périodes de l’année où les tiques sont les plus actives, soit généralement du printemps à l’automne.

La prévention passe également par l’utilisation de spécialités anti-tiques qui existent sous différentes formes : comprimé, pipette, collier, spray. Le vétérinaire saura vous conseiller pour vous aider à choisir la forme la mieux adaptée à votre animal.

Des vaccins sont très fortement recommandés si vous habitez ou bien voyagez souvent dans une des zones à risque. Ils sont disponibles, pour votre chien, contre la maladie de Lyme et la piroplasmose. La primovaccination se fait en deux injections et les rappels sont annuels. En revanche, il n’existe pas de vaccin contre l’hémobartonellose féline.

Ajouter un commentaire

Vous devez posséder un compte Yummypets pour commenter cet article.
Créer votre compte Yummypets en moins d’une minute.